Martin Leuthold

Martin Leuthold, 1952

Creative Director, Jakob Schlaepfer Textiles, Saint-Gall

La Confé­dé­ra­tion ho­nore au­jour­d’hui en Mar­tin Leu­thold une per­son­na­lité ma­jeure de l’in­dus­trie tex­tile suisse qui conci­lie sou­tien à la re­lève, in­no­va­tion et re­nom­mée in­ter­na­tio­nale.
De­si­gner tex­tile de renom, Mar­tin Leu­thold exerce de­puis 44 ans à Saint-Gall. Art Di­rec­tor chez Jakob Schlaep­fer, il a donné à l’en­tre­prise une cé­lé­brité mon­diale dans la haute cou­ture, le prêt-à-por­ter et la dé­co­ra­tion d’in­té­rieur. Ses réa­li­sa­tions de tissu et de bro­de­ries sont de­man­dées dans le monde en­tier, et re­pris par des mai­sons de cou­ture comme Akris, Chris­tian Dior, Marc Ja­cobs, Louis Vuit­ton, Vi­vienne West­wood, etc.
Pour être pla­né­taire, le suc­cès de Mar­tin Leu­thold ne s’ins­crit pas moins étroi­te­ment dans l’his­toire du tex­tile et de la cou­ture de Suisse orien­tale où Leu­thold est pro­fon­dé­ment en­ra­ciné. Il y a là une tra­di­tion huit fois cen­te­naire, dans la­quelle Leu­thold puise son ins­pi­ra­tion et dont il sait mo­der­ni­ser et tra­duire les va­leurs dans un lan­gage contem­po­rain.
Art de l’éphé­mère, la mode a tou­te­fois une constante qui tra­verse toutes les époques : elle ne cesse de se re­dé­fi­nir, d’ap­pré­hen­der les évo­lu­tions de la so­ciété et d’an­ti­ci­per les ten­dances. L’ère nu­mé­rique amène avec elle un nou­veau bou­le­ver­se­ment. Ar­ti­san ca­pi­tal du dé­ve­lop­pe­ment des nou­velles tech­no­lo­gies, Leu­thold est un no­va­teur im­pé­ni­tent. Ses étoffes al­lient high­tech et es­thé­tique et font de lui l’homme qui dé­cide des nou­velles ten­dances du tex­tile. Il des­sine près de 1000 étoffes par année ; celles-ci sont pro­duites grâce à la tech­nique du laser, de l’im­pres­sion à jet d’encre, de la 3D, de ma­té­riaux fluo­res­cents, d’élé­ments faits de métal et de mousse. Il a reçu le Prix De­sign Suisse qui ré­com­pen­sait son tissu de po­ly­es­ter ul­tra­fin qu’il a en­duit d’alu­mi­nium, de cuivre ou de bronze et sur un côté du­quel il a im­primé nu­mé­ri­que­ment un dé­li­cat motif flo­ral.
Outre ses étoffes des­ti­nées à la mode, Leu­thold dé­ve­loppe des ma­tières tex­tiles pour la dé­co­ra­tion d’in­té­rieur, qui se­ront uti­li­sées dans la confec­tion de re­vê­te­ments mu­raux ou de ri­deaux haut de gamme. De concert avec des fa­bri­cants de ma­chines, Leu­thold dé­ve­loppe avec l’en­tre­prise Jakob Schlaep­fer des sys­tèmes raf­fi­nés per­met­tant le la­mi­nage sous vide de fol­li­cules de métal, d’ar­gent ou d’or sur des étoffes et des re­vê­te­ments mu­raux. La col­lec­tion d’étoffes n’est pas en­tiè­re­ment réa­li­sée à la ma­chine. Le tra­vail in­dus­triel à la main est une par­tie im­por­tante et très an­crée dans la tra­di­tion qui donne aux créa­tions leur ca­chet unique et in­imi­table.
Chez Jakob Schlaep­fer, en­tre­prise à la­quelle il est lié de­puis 1973, Mar­tin Leu­thold a trouvé des condi­tions idéales pour réa­li­ser ses vi­sions. L’en­tre­prise table sur l’in­no­va­tion et la pro­mo­tion de la re­lève. Leu­thold offre aux fu­turs de­si­gners de mode et de­si­gners tex­tiles des condi­tions idéales, dignes d’un la­bo­ra­toire. Sa re­nom­mée de men­tor et de pro­mo­teur des jeunes ta­lents n’est plus à faire.
Leu­thold s’est éga­le­ment fait un nom comme cu­ra­teur d’ex­po­si­tions tex­tiles, telles que 'Bling­Bling' au Musée na­tio­nal de Zu­rich (2004) et 'St­Gall – Die Spit­zen­ges­chich­te' à Saint-Gall (2011), créa­teur de cos­tumes et scé­no­graphe à l’Ori­gen Fes­ti­val Cultu­ral dans les Gri­sons.